LA VILLA CLÉMENT, UNE RÉHABILITATION PARTICIPATIVE DU PATRIMOINE

Depuis 2017, Grenoble a engagé la réhabilitation de 6 bâtiments patrimoniaux emblématiques de la ville. Ces 6 “Gren’ de projets” ont germé un peu partout dans la capitale des Alpes. Cette initiative se veut comme une réappropriation du patrimoine culturel et immobilier de la ville par et pour ses habitants.

 

La ville a ainsi engagé une procédure d’appel à projet afin que collectifs, entreprises ou simples citoyens développent ensemble de nouveaux usages pour ces bâtiments. Logements diversifiés, actions solidaires, circuits courts, coworking, liens intergénérationnels, accès à la culture : autant de dimensions que l’on retrouve dans les projets retenus.

La spécificité de ces appels à projet réside dans la participation d’une diversité d’acteurs autour d’un lieu qui demeurera une propriété municipale. 

DSCF2884.jpg

LA VILLA CLÉMENT, UNE APPROCHE PARTICIPATIVE MULTI-ACTEURS

La villa Clément fait partie de ces projets patrimoniaux retenus et s’avère être l’un des plus avancés. Située au pied de la Bastille, où grimpe le téléphérique urbain, la Villa Clément se trouve à la limite de la commune de La Tronche. Sur les quais de l’Isère et à quelques hectomètres du centre-ville, la Villa dispose également d’un emplacement idéal de par son cadre agréable. 

 

La réussite de ce projet tient à la bonne coordination des acteurs sur les différentes dimensions : travailler, habiter, cultiver et partager. Le Relais Ozanam, l’Oiseau Bleu, ADAMS-ADFE, Grenoble Habitat et le Fonds de Dotation « Famille, espérance et partage » ont ainsi su prendre en main les opérations de manière organisée. Ils ont bien vite été rejoints par des porteurs de projets, compagnons de route, habitants du quartier ayant découvert le projet de revitalisation du lieu.

Comme en témoigne Perrine Flouret, chef de projet à la ville de Grenoble, l'association d'une diversité d'acteurs peut être une question épineuse. Ceux-ci n'ont parfois rien en commun et les manières de travailler comme la structure économique peuvent grandement différer. Ceci ne facilite pas un montage financier déjà rendu complexe par le fait que la mairie reste propriétaire du bâtiment. 

UN PROJET SUR 4 ESPACES ET UNE DIVERSITÉ D'USAGES

Capture d’écran 2021-03-09 à 14.51.48.pn

Centrée autour de quatre thématiques “travailler, habiter, cultiver, partager” la villa Clément accueille un projet d’insertion et de partage des savoirs centrés sur les valeurs de l’économie sociale et solidaire.

 

Cette revitalisation du site passe par donc par une approche multidimensionnelle qui forge sa complexité. En voulant fédérer et faire interagir des activités différentes (culturelles, agricoles, locatives, pro…) et en accueillant un public diversifié la ville se fixe des objectifs ambitieux.

 

Le rez-de-rue est le lieu dédié à la dimension “Travailler”. Il se décomposera sur 3 espaces : chantiers d’insertion métallerie (Adams-Adfe), ressourcerie et atelier intergénérationnels de petites réparations, chantier d’insertion réparation remise en état de vélos et vente (Cycle&Go).

 

Au premier étage, l’espace pour “Partager” sera divisé selon au moins 2 usages. On y trouvera une association pour développer l’emploi (Coopérative Éphémère) et un espace dont l’usage sera laissé libre pour faire place au coworking ou à un espace artistique par exemple. De nombreux autres projets sont à l’étude et pourront voir le jour dans cet espace partagé : Union de quartier Rive droite, composteur du quai Saint-Laurent, Centre LGBTI, Collectif autonomie alimentaire...

 

L’espace “Habiter” situé au deuxième étage propose un projet de pension de famille (Relais Ozanam et L’Oiseau bleu) ainsi qu’un logement d’accueil parental (RSA 38).

Enfin, l’espace extérieur, proposera de “Cultiver”. Des idées diverses ont été suggérées et pourront voir le jour. Un projet d’amélioration du tri des déchets et d’action sur les comportements est ainsi porté par l’entreprise Ma P’tite Poubelle. L’Arche de la nouvelle chance envisage d’installer un chenil solidaire tandis que des ruches pourront être mise en place par la pension de famille “Bon Accueil”.

Ces quatre dimensions permettront des usages multiples et la participation de tous et toutes pour redonner vie à un lieu patrimonial emblématique de la capitale des Alpes.