HAMMARBY SJÖSTAD ET NORRA DJUGÅRDSSTADEN :
Deux éco-quartiers symboles d'une ville engagée pour l'environnement
DSCF8211.JPG

Les quartiers d’Hammarby Sjöstad et du Royal Seaport à Stockholm ont pour point commun de s’être développés sur une ancienne zone industrielle. Dans des phases de reconversion de ces friches industrielles la ville de Stockholm a apporté des solutions particulièrement innovantes du point de vue environnemental. 

 

Développé au début des années 2000, le quartier d’Hammarby Sjöstad a mis en place des techniques et solutions environnementales très en avance sur leur temps. Les objectifs à l’époque sont clairs : faire deux fois mieux sur le plan environnemental que partout ailleurs. Ainsi devenu un projet source d’inspiration pour des écoquartiers un peu partout dans le monde, Hammarby Sjöstad voit aujourd’hui le projet du Royal Seaport poindre en héritier.

S'INSPIRER D'HAMMARBY SJÖSTAD POUR LE ROYAL SEAPORT

Développé au Nord-est du centre de Stockholm à Norra Djurgarden, le projet du Royal Seaport veut apprendre pour ne pas reproduire les « erreurs » passées et promouvoir des avancées encore plus significatives sur la performance environnementale. Contrairement à Hammarby Sjöstad et alors que le quartier n’est toujours pas fini le Royal Seaport est d’ores et déjà un véritable lieu de vie et de meilleure mixité sociale. 

 

A Norra Djurgarden, le pari d’une approche urbaine globale semble réussi, ou en tous cas sur la bonne voie. Après la première tentative à Hammarby Sjöstad, on voit cohabiter différentes classes d’âges et classes sociales, les logements se mêlent aux commerces, bureaux et bâtiments patrimoniaux avec une meilleure harmonie. Les usages et modes de déplacements se partagent l’espace de manière plus réfléchie. Là où une seule ligne tram est venue desservir Hammarby Sjöstad dans un second temps, plusieurs lignes de bus ainsi que le métro permettent de relier Norra Djurgarden au centre de Stockholm.

DSCF8578.JPG
DSCF8410.JPG
DSCF8550.JPG
UN NIVEAU D'EXIGENCES ENCORE PLUS ÉLEVÉ

Les attentes architecturales en matière de construction et d’espaces publics ont également été rehaussées, quitte à repousser certains promoteurs. Une volonté forte et tenue a aussi été de limiter largement la taille des lots immobiliers pour briser la monotonie architecturale. Des contraintes ont été posées au maximum pour proposer des logements les plus abordables possibles. L’originalité du second projet tient également à la forte part d’anciens bâtiments industriels conservés. Ceci tient à leur grande qualité architecturale et leur valeur de patrimoine. Nombre de ceux-ci ont en effet été dessinés par des architectes de renom.

 

Enfin, ces nouveaux quartiers laissent une forte place à la nature. Dans un souci de préservation des espaces naturels, le Royal Seaport inclut dans ses aménagements une excellente continuité des trames vertes (végétaux) et bleues (eau). Cet effort assure une qualité paysagère tout en permettant la jonction faunistique et floristique avec le parc naturel voisin, situé juste au nord du quartier. La forte présence de végétation permet également une meilleure gestion des eaux de pluie et une limitation des risques d’inondation avec de nombreux dispositifs naturels de récupération. On trouve un peu partout sur le quartier de nombreux bassins et noues d’infiltration, en particulier à partir de la phase 2 des travaux. Cette végétation sert également le confort thermique du quartier et permet de réduire le phénomène d’îlot de chaleur urbain. Cette problématique n’est pas particulièrement prioritaire à Stockholm du fait de conditions géographiques de la ville qui la soumettent assez peu aux fortes périodes de chaleur.