LES LIVING LABS, DES BANCS D'ESSAIS POUR L'HABITAT INTELLIGENT ET SOBRE DE DEMAIN
DSCF8305.JPG

Le living lab ou laboratoire vivant est une méthode de recherche qui consiste à faire participer des usagers dans le processus de test des systèmes innovants liés à l’habitat pour obtenir des données de la phase d’usage dès la phase de test de l’innovation.

 

Dans les faits, des usagers volontaires vivent dans une habitation dans laquelle en parallèle ont lieu plusieurs projets en lien avec des thèmes tels que la gestion et la consommation en énergie et en ressources, la température de l’habitation, … tout cela mis en perspective avec les habitudes des usagers.

 

L’objectif principal est de récupérer tout type de données utiles de la phase d’usage de l’habitation pour améliorer les projets.

KTH LIVE-IN LAB : L'EXEMPLE DU LABORATOIRE VIVANT DE STOCKHOLM

Développé par l’université technologique de Stockholm (KTH), le KTH Live-In Lab rassemble divers projets d’habitat intelligent et assure un suivi ainsi qu’une gestion continue des données issues des usagers des bâtiments. 

 

Trois bâtiments font partie du Live-In Lab et permettent aux porteurs de projets innovants d’analyser les données d’usage de leur conception pour y apporter des modifications en lien avec l’utilisation réelle de leur solution par de vrais usagers.

DSCF8296.JPG

La particularité du bâtiment principal de l’étude est l’agencement mouvant de ses parois intérieures; Ces modifications ne touchant pas à la façade elle ne requièrent pas de permis de construire. Ainsi, il est possible de modifier l’aménagement des espaces de vie et d’analyser l’impact de l’agencement d’un étage sur les locataires : importance de la taille des espaces communs, conditions pour le partage des salles d’eau et de la cuisine, surface privée minimum des chambres, …

Cette étude des besoins et des comportements des usagers permet d’obtenir des informations cruciales sur l'acceptabilité des solutions d’aménagement intérieures durables. Par exemple, une part importante d’espaces communs dans une habitation permet la réduction de la consommation en eau ainsi qu’en énergie et de la production de déchets. 

 

Les projets majeurs du KTH Live-In Lab sont en lien avec la gestion et le monitoring des besoins et de la consommation en ressources et en énergie (électrique ou thermiques). Ces tests sont dédiés au développement de technologies sobres et durables. Par ailleurs, le confort est l'un des thèmes cruciaux de l’étude du Live-In Lab. Ainsi, de nombreux projets sont reliés par exemple à la température du bâtiment ou de l’eau courante. 

 

L’objectif est simple, tester et implémenter en conditions réelles des solutions intelligentes et durables dans le secteur de l’habitat. 


Projets passés et en cours au KTH Live-In Lab : https://www.liveinlab.kth.se/en/projekt

DSCF8292.JPG
UNE PLATEFORME RASSEMBLANT TOUTES LES DONNÉES DISPONIBLES

Le KTH Live-In Lab assure la disponibilité des données dans le cadre des projets de recherche. La difficulté réside dans le fait de rassembler l’ensemble des données de chaque projet sur une seule et même plateforme pour permettre aux chercheurs de récupérer les données dont ils ont besoin. Auparavant, chaque projet nécessitait sa plateforme sur laquelle les données de l’étude en cours y étaient visibles. Cela rendait l’analyse et le croisement des données particulièrement difficile et long.

Aujourd’hui, les données issues des projets sont présentes sur la même base et il suffit qu’un chercheur obtienne l’autorisation des administrateurs des données pour y avoir accès. En parallèle, la plateforme est également un moyen de contrôler et de modifier certaines conditions telles que la température, la ventilation, l’humidité, etc ; et d’analyser l’impact de ces changements sur les données en sortie. L’étude est donc renforcée par la possibilité de gérer chacune des données d’entrée dans les bâtiments du Live-In Lab.

SÉCURITÉ ET VIE PRIVÉE DES USAGERS

La valeur des données des usagers récupérées au cours des projets ne supplante évidemment pas le respect de la vie privée des usagers. Bien qu’ils soient volontaires et bénévoles (les locataires des bâtiments sont tous des étudiants de KTH et payent un loyer pour habiter dans le Live-In Lab), les participants de l’étude ont la possibilité de refuser de prendre part aux projets qui leurs sont présentés.

 

Aussi, plusieurs responsabilités incombent aux chercheurs qui lancent un projet dans le Live-In Lab. Ils doivent notamment s’assurer que les locataires soient tous informés et en accord avec le projet soumis, le monitoring et l’analyse de leurs données personnelles et privées. Dans certains cas, les projets soumis à l’étude doivent obtenir l’autorisation d’un comité d’éthique avant de passer à la phase de test. Par exemple, un projet, qui cherche à étudier le confort des usagers dans l’immeuble, a conçu une bague qui suit l’évolution de la température corporelle des locataires. Le projet, jugé d’abord trop intrusif dans la vie privée des usagers, a dû se soumettre à l’étude du comité éthique. 

 

Il est alors important juger du caractère intrusif de chaque projet et de s’assurer de l'accord des participants de l’étude.